Option au choix: RETRAIT en librairie (gratuit) ou LIVRAISON partout en BELGIQUE (4€) ou France/Allemagne/P-B/Lux (9.50€). Vous ne trouvez pas un titre? Nous avons accès à près d'un million de livres, envoyez-nous un mail à info@librairie-jaune.com et nous nous renseignons sur sa disponibilité! Tel: 02-428-84-55

INTEGRALE VASCO - TOME 8

INTEGRALE VASCO - TOME 8

Distributeur
CHAILLET
Prix normal
€19,99
Prix réduit
€19,99
Prix normal
Bientôt de retour !
Prix unitaire
par 
Taxes incluses.

Fidèle lecteur du Journal « Tintin », le petit Gilles Chaillet dévorait les aventures du « Chevalier Blanc » et de « Blake et Mortimer ». C'est à cette époque que deux grandes passions s'imposent à lui, la bande dessinée et l'Histoire. On ne sera donc pas surpris de le retrouver, quelques années plus tard, aux côtés de Jacques Martin, qui lui confie la reprise de « Guy Lefranc ». Mais, aussi à l'aise soit-il dans le réalisme contemporain, Gilles Chaillet caresse une autre ambition, celle de faire découvrir aux lecteurs la fin du Moyen Âge, époque aussi peu traitée que fascinante. En 1980, il concrétise cette envie dans les premières planches de « Vasco ». Et pendant plus de 30 ans, jusqu'à l'aube de son départ, il se consacre à cette fresque magistrale qui ressuscite pour notre plus grand plaisir des pages méconnues de notre passé. Chez Gilles Chaillet, la rigueur de l'histoire n'entrave en rien la verve et le rythme de la narration, l'intrigue est vive et rend le récit formidablement vivant. Parallèlement à cela, il se consacrait à un projet de fond: redessiner la carte de la Rome des Césars au plus près de la réalité historique, alors même qu'on ne possède que peu de traces de ladite réalité. Un travail de titan, qu'il a commencé à l'âge de 8 ans, ne cessant depuis d'élargir et d'affiner le modèle, jusqu'à devenir « Dans la Rome des Césars », un document iconographique qui fait aujourd'hui autorité jusque dans les cours d'Histoire. Succès mérité pour un homme dont l'oeuvre reflète parfaitement cette ambition première du journal Tintin qui était « d'instruire en amusant ». Photo
Il a grandi en admirant les planches d'Uderzo, Morris ou Gotlib. Pourtant, à l'heure de faire du dessin son métier, Frédéric Toublanc choisit la voie de l'Histoire et du réalisme. Passionné depuis l'adolescence par le Moyen Âge, il dévore les analyses historiques consacrées à la période, et tente de voyager autant que possible pour « ressentir les vieilles pierres ». Avec une telle passion, il n'est guère étonnant que Gilles Chaillet fasse appel à lui pour reprendre le dessin de « Vasco », l'une des seules séries à explorer les arcanes de la fin du Moyen Âge, avec une précision historique jamais démentie. Toublanc a donc perfectionné son dessin sous l'égide d'un de ses maîtres, défi qu'il a relevé avec brio. Son trait classique combiné à la profondeur de ses masses de noir lui permet, case après case, de réinsuffler un peu de vie dans ces vestiges du passé qu'il admire tant. Photo